FRANCHISE : Interview Julien Toupé

« Je me suis senti tout de suite à l’aise au sein du réseau »

Après l’obtention de son Master 2 en Sciences de Gestion et du Management, Julien Toupé a travaillé durant 8 ans pour la Chambre de Commerce de Caen Normandie sur un poste de Développeur de l’Alternance au contact des jeunes et des entreprises pour ensuite prendre le poste d’Adjoint Responsable Administratif et Financier au sein du centre de formation appartenant à la CCI. Fort de cette expérience, il souhaitait partir sur un nouveau projet et trouver de nouveaux challenges. Il est aujourd'hui franchisé APEF et nous explique les raisons de son choix... Interview

 : Pour quoi avoir choisi d'entreprendre en réseau ?

Julien Toupé : J’avais une forte envie de créer ma propre entreprise qui réunirait toutes mes expériences passées tout en conservant une dimension sociale et humaine. S’est alors posé la question « Que faire ? Quel secteur d’activité choisir ? Entreprendre seul ou avec un franchiseur ? S’associer ou pas ? ». Dans un secteur fortement concurrentiel, il est possible de se lancer seul mais à quel prix… Rejoindre une franchise aujourd’hui rassure, stabilise, permet de ne pas s’éparpiller, de se concentrer sur l’essentiel. Et à la vue de tout le travail à réaliser pour la création d’une agence, il est bon de se sentir épaulé, soutenu et accompagné par une équipe de professionnels. D'autant plus qu'en tant que franchisé, on conserve tout de même notre indépendance car nous sommes libres de choisir notre banque, notre statut de société, nos fournisseurs, nos équipes…

Et pourquoi APEF plutôt qu'une autre enseigne ?

Si j'ai opté pour APEF, c'est pour son beau soleil montpelliérain... Plus sincèrement, je souhaitais travailler avec le groupe Oui Care et comme une agence O2 succursaliste est déjà implantée sur le territoire de Caen, je me suis naturellement tourné vers APEF. Je fonctionne souvent à l’instinct et le premier contact sur le salon Franchise Expo Paris s'est révélé très enthousiasmant et enrichissant. J’ai apprécié également tous mes échanges avec Sébastien Cogez, le Directeur délégué APEF, et j'ai trouvé que l’équipe l’entourant au siège social était très à l'écoute et répondaient rapidement à toutes mes interrogations dans l’élaboration de mon projet. Avec APEF , je suis libre de travailler et de développer les services pour lesquels j’ai le plus d’appétance, au sein d'un panel de 26 services, tout en mettant en avant les quatre services principaux APEF qui sont le ménage/repassage, la garde d’enfants, l’aide aux séniors et le jardinage/bricolage. Je me suis senti tout de suite à l’aise au sein du réseau et je me suis retrouvé dans les valeurs sociales et humaines prônées par l’équipe et la direction APEF. Je rejoins une équipe dynamique, une enseigne reposant sur des bases solides, le tout dans une ambiance de travail qui me correspond.

Même s'il est possible d'ouvrir APEF seul, j'ai pour ma part fait le choix de me lancer aux côtés de Benoît Been, gérant d’une franchise O2 sur le secteur de Cabourg, ouverte depuis le début de l’année 2018. Cette association repose sur une entente et une confiance qui existent depuis maintenant 13 ans car nous avons étudié sur les mêmes bancs de l’école – IAE de Caen – et avons fait nos gammes ensemble à la CCI de Caen. Ce qui nous rend forts dans cette aventure, c’est que nous sommes confrontés, chacun dans son agence, aux mêmes problématiques. C'est ainsi qu'il nous arrive souvent d'échanger sur le recrutement du personnel car c’est le point le plus important dans notre métier aujourd’hui.

Comment avez-vous été formé avant l'ouverture de votre agence ? Et par la suite ?

Avant l’ouverture de mon agence, j’ai bénéficié d’une formation théorique de trois semaines et d’une formation pratique de deux semaines. La formation théorique prévoit plusieurs modules très complets sur l’ensemble de notre activité. J'ai donc étudié l’environnement des services à la personne, l’ensemble du droit social, le volet recrutement et la pratique de l’annualisation du temps de travail. J'ai également été formé à l'aspect commercial du métier, à la tarification ainsi qu'à la maîtrise du logiciel métier.

Je poursuis cette démarche et je prévois encore trois semaines de formation théorique en vue d'obtenir le titre de RSSP (Responsable de Secteur des Services à la Personne) dans un court délai.

Comment se passent vos journées ?

Dire qu’il y a une journée type serait mentir car chaque journée est différente et fortement enrichissante. La journée type devait être la suivante en théorie :

- Ecouter le répondeur pour prendre en compte les appels reçus depuis la fermeture de l’agence la veille

- Prendre en compte les mails reçus

- Réaliser les remplacements si absence du personnel et modification des plannings

- Réaliser des appels pré-qualificatifs avec des candidats ayant postulés aux offres d’emplois proposés par l’agence

- Mettre en place les premières prestations avec les nouveaux clients et l’intervenant affecté à la mission

- Démarcher les prescripteurs en fonction du plan d’action et du plan de communication défini mensuellement

- Gérer en fin de journée la partie administrative, pour les anciens et les nouveaux clients.

Qu'est-ce qui vous a marqué en entrant chez APEF ?

Personnellement, dans ce début d’aventure, je ne retire que du positif. Bien évidemment, tout n’a pas été facile et j'ai été parfois saisi de crainte et d'inquiétude à certains moments, mais à force de volonté et de courage, on peut réussir de belles choses, il faut juste croire en soi. Ma philosophie après un mois d’exploitation est la suivante : « S’il y a un problème, il y a une solution. S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème ».

Propos recueillis par Rodolphe Hatchadourian